14.12.2008 Bénévolat défrayé

« Comment, j’ai faillit devenir bénévole défrayé« 

En septembre dernier j’étais en vacances dans de Sud-Ouest et je lisais chaque jour le quotidien local et j’y trouvait à chaque fois des annonces  » recherche correspondants » sur les communes de  » Fraise et Framboise ».

J’ai conservé un exemplaire de ce journal et de retour à la maison, j’ai posé ma candidature, par courriel (car il était demandé d’être Internaute). Il faut dire que je m’étais composé un profil qui devait plaire.

Courriel du 27-09 : « Je suis jeune retraité de l’Education Nationale (58 ans), j’ai donc du temps libre. Je possède un appareil photo numérique et une voiture, un ordinateur, ainsi qu’une connexion Internet ».

Pas de réponse avant le 7-12 : Je prends contact avec vous suite au courrier que vous nous avez envoyé concernant la correspondance de  » Fraise « . Nous souhaiterions pouvoir vous rencontrer. Merci de téléphoner à la rédaction de la locale de  » Cerise « , pour que nous puissions convenir ensemble d’un rendez-vous.

Salutations,

Le 8 au matin, je répond, le poisson a mordu : Je suis heureux que ma demande de candidature ait retenue votre attention, toutefois avant de me déplacer à  » Cerise » pour vous rencontrer, pourriez-vous m’indiquer dans quelles conditions (obligations, rémunération) je serais amené à collaborer à votre journal. Très cordialement.

Le 8 dans l’après-midi, j’ai une réponse (lecture déconseillée aux âmes sensibles) : La principale chose que nous demandons à nos correspondants: la disponibilité. Il s’agit en effet de rendre compte de la vie de la commune, ceci implique donc de couvrir des manifestations qui se déroulent le week-end ou parfois en soirée. Je pense notamment au conseil municipal. Quant à la rémunération, celle-ci est modique. Elle varie selon la production. Les correspondants sont payés à l’article fourni. Ils perçoivent également une rémunération pour la photo. Les kilomètres sont également remboursés. Cependant, il ne faut pas compter sur la correspondance pour faire fortune! Le lot de consolation: un abonnement offert après trois mois de periode d’essai. Si vous le souhaitez, nous pouvons nous rencontrer. Merci de nous contacter au « 00 00 00 00 00″. pour fixer un rendez-vous. Cordialement,

Le même jour, j’insiste, je voudrais qu’elle m’en dise un eu plus : Je me doutait bien que cette activité ne me permettrait pas de rouler chaque jour au volant d’une BMW rutilante, mais pourriez-vous tout de même me donner une fourchette de ce que vous donnez à vos correspondants pour rétribuer un article courant et la photo qui l’accompagne ? J’aurais aussi une autre question, le correspondant que je serais peut-être devra-t’il rendre-compte aussi des évènements sportifs locaux ? Très cordialement.

Je dois l’intéresser car elle répond le 9 au matin: Disons qu’il faut compter entre 5 et 10 euros l’article avec photo. Pas de quoi en effet rouler en BMW. Tout dépend en fait du type d’article: s’il s’agit d’une petite information ou d’un conte-rendu. Concernant les événements sportifs, ils sont gérés par la rédaction sportive qui en principe dispose de pigistes spécialisés. Cordialement,

Je crois avoir ferré mon poisson et j’insiste peut-être lourdement, en demandant le soir même : J’avoue que votre offre commence à m’intéresser. Elle correspond à ce que je pensait, à savoir que je tirerais de cette activités tout juste de quoi m’offrir quelques extra, mais avant de franchir la porte de votre rédaction, je souhaiterais savoir ce que vous entendez par  » les kilomètres sont également remboursés « , sous quelle forme et à quel prix ? Très cordialement.

J’ai dû pousser le bouchon un peu trop loin, la Madame est vexée elle me répond sèchement, le 12 au soir : Je vois que vous êtes trés sensible aux questions d’argent mais sachez que la correspondance est avant tout du bénévolat défrayé. Il me parait difficile de communiquer tous les jours par mail avec vous (nous recevons environ une centaine de mails par jour). Si vous êtes intéressé, merci de passer un coup de fil à la rédaction.(pas de formule de politesse).

Voila comment j’ai faillit, sans le savoir, faire du bénévolat défrayé.

Pour votre information le groupe en question (dont je tairais le nom) édite quotidiennement 2 journaux dont les  » Une  » sont vraiment différentes, mais dont les pages intérieures sont identiques dans les 2 titres. Ce qui veut dire que les articles des CLP sont repris dans l’autre journal, et le tout pour une « rémunération modique », comme dit la Madame.

NDLR : Seuls les noms des communes ont été changés, les textes des courriels sont retranscrits à l’identique, à la virgule près.

2 Réponses à “14.12.2008 Bénévolat défrayé”

  1. Jean Testemale dit :

    Très intéressant, d’autant que je me demande s’il ne s’agit pas du groupe pour lequel je travaille, non pas en bénévolat mais pour des tarifs (légèrement) plus élevés. C’était dans les Pyrénées-Atlantiques, les vacances?.. Et une autre précision: les fautes aussi sont d’origine, dans le texte de la journaliste? Et puis, je voudrais bien profiter de votre expérience dans ce domaine pour savoir si vous connaissez des associations semblables à celle-ci, dans le sud-ouest? j’adhèrerai bien à ce genre de structure, mais là, ça fait un peu loin, pour les réunions…Merci, bravo, et …bon courage

  2. Exigeant le monsieur dit :

    Oui bon je viens de lire la requête de ce monsieur.
    Oui nos journaux ne sont pas Closer ni Paris Match mais je trouve un peu casse-p…s ces diverses questions par mail.
    Quand on veut être correspondant de son village,il faut d’abord aimer la vie locale,s’intéresser aux gens et être un peu observateur.
    Pour la partie « argent » cela vient après.
    Certains voient ce « bénévolat » pour faire du fric et ne s’intéresse pas à l’opinion des gens.
    C’est désolant dès fois de voir bêtement retranscrit sur La République et le Sud-Ouest le même article,la même photo mais l’auteur est différent.
    Le journalisme c’est recueillir l’émotion,les sentiments du public et non recopier le pré-article fourni par l’édile locale ou l’association.
    C’est mettre un peu d’humanisme et montrer le réel sur le terrain.
    Voilà.Cela ne devrait pas être correspondant pour le fric sans plus!
    A bon entendeur!Salut!
    Un correspondant de petit village béarnais.

Laisser un commentaire